L'ÂME DE TOULOUSE

  • Timeline

UN NOUVEL OPÉRA

" DE LA FAÇADE "


Fait bien connu, le talent suscite la critique, indispensable à l'art. Mais lorsqu'il s'agit de jalousie, c'est avec une délicieuse ironie, teintée d'amertume, assurément humble, qu'une des figures les plus emblématiques de Paris répond à ses détracteurs.


Penchons-nous sur les mots de Charles Garnier lui-même pour décrire son oeuvre, ses doutes, ses certitudes, au sommet de quinze ans de chantier et de problèmes inhérents à une oeuvre si colossale. Dans ses deux manifestes " Le Nouvel Opéra de Paris " Volume I et II, Charles Garnier est léger, libéré de l'investissement physique et moral qui l'a mobilisé pendant tant d'années.

Il nous rappelle combien les problématiques et bien souvent le comportement de l'opinion publique se répètent, miroir d'un pan de la nature humaine, quelle que soit l'époque.


" Voyons donc les reproches faits à la façade, j'entends ceux qui ont une certaine consistance et qui méritent qu'on s'en occupe :

1° - Le soubassement est trop bas.

2° - La coloration polychrome est une hérésie à Paris.

3° - II y a trop d'or et c'est trop riche.

4° - Ça ressemble à un dressoir surchargé de bibelots.


C'est à peu près tout, je crois; du reste, c'est bien suffisant; car si ces critiques étaient justes, il faudrait savoir bien mauvais gré aux juges qui m'ont choisi dans un concours, et à l'unanimité encore! Mais il faudrait me pardonner, n'est-ce pas? car ce n'est pas ma faute si l'on m'a préféré au génie inconnu qui, certainement, aurait fait merveille!"


" Parlons donc du soubassement de la façade!... Pendant longtemps une barrière en planches cachait la partie inférieure de l'Opéra, et le soubassement, qui émergeait à demi au-dessus de la palissade, paraissait naturellement écrasé. « Puisqu'il paraît trop bas, se dirent quelques critiques, c'est qu'il est réellement trop bas », et ils écrivirent alors avec conviction dans plusieurs feuilles : « Le soubassement est trop bas! » C'était imprimé; dès lors, il fallait bien y croire.


On y crut donc, et lorsque les passants traversaient la place de l'Opéra, ils s'écriaient : « Il est trop bas! » — Il est trop bas, c'est bien; mais encore faut-il s'entendre. Est-il trop bas intrinsèquement, ou trop bas relativement? C'est ce que les braves gens ne pouvaient savoir; ça n'avait pas été imprimé; ça ne fait rien : « C'était trop bas! »

Le soubassement de l'Opéra est cependant tout aussi haut que celui de la colonnade du Louvre, et il est plus élevé que celui du Gai-de-Meuble ; et cependant on ne se plaint pas des soubassements de ces deux édifices! Peut-être bien même que, si les critiques de la première heure avaient vu cette particularité, ils eussent dit : « Il est trop haut », et beaucoup alors eussent répété : « Il est trop haut! »


Consultable sur / Source : Gallica.bnf.fr / Bibliothèque Nationale de France






COPYRIGHT TIMELINERZ • SVBTILE TOULOUSE® • 2020-2021